Nous vous parlions il y a quelques semaines des applications disponibles sur les smartphones afin d'accompagner et d'analyser votre sommeil. Des technologies très pratiques qui permettent parfois de déceler les problèmes inhérents à l’endormissement par exemple, mais qui impliquent néanmoins la présence à proximité du lit de votre fidèle smartphone. Un appareil pourtant lui-même responsable de plusieurs troubles du sommeil, à en croire une étude américaine publiée en 2014...

 

Un accroissement de la fatigue

C'est dans l'état du Michigan que des chercheurs ont étudié l'impact du smartphone après 21h. Selon eux, une telle utilisation entraîne des perturbations des cycles du sommeil et ainsi, au réveil, une fatigue accrue. Les « cobayes » de l'étude ayant ainsi utilisé un téléphone portable après 21h, juste avant de se coucher, ont affirmé ressentir une plus grande lassitude le lendemain matin, ainsi qu'une moins bonne motivation vis à vis de leur profession. Selon Russel Johnson, l'un des auteurs de l'étude, les smartphones seraient presque parfaitement conçus pour perturber le sommeil. De quoi réfléchir quant à nos habitudes...

 smartphone-sommeil

La lumière bleue

Il semblerait que la lumière « bleue » émise par les téléphones soit la véritable responsable de ces effets secondaires indésirables. Une lumière qui influerait sur la production de mélatonine, une substance chimique secrétée par le corps humain, qui favorise un bon sommeil. Plus généralement, il a été prouvé que les lumières vives, qu'elles proviennent d'un appareil comme un smartphone ou d'une lampe de bureau puissante, avaient tendance à retarder l'horloge biologique. Le sommeil est alors « déclenché » plus tardivement. Si vous devez donc vous exposer à une lumière artificielle en soirée, pour travailler par exemple, il est conseillé de privilégier les tons orangés.

 

Concernant les smartphones, certaines voix se sont également élevées afin de recommander aux usagers de carrément éteindre leur téléphone la nuit, y compris si ce dernier ne se trouve pas dans la chambre à coucher.

Gilles Rolland