daniellajardim - unsplash

 

Si certains y voient des visions du futur, d’autres voient dans nos rêves, comme Freud, l’expression de notre inconscient. Nous sommes nombreux à vouloir connaître la signification de nos rêves. Pourtant, il faudrait commencer par s’en souvenir. Saviez-vous que l’on rêve toutes les nuits ? Comme la plupart des mammifères, l’humain rêve. Chaque nuit ! Si on a l’impression de ne pas rêver, c’est juste qu’on ne s’en souvient pas. Alors comment se rappeler de nos rêves ?

 

Les réveils nocturnes

Selon des chercheurs de l'Inserm, certaines parties du cerveau sont plus développées chez les “grands rêveurs”. Si nous sommes tous un petit peu des grands rêveurs, cette catégorie concerne ici les personnes capables de raconter leurs rêves en détail chaque matin. Il s’avère que ces dernières ont également un sommeil très léger. Un petit bruit, un brin de lumière… elles sont particulièrement réactives à leur environnement et multiplient les phases d’éveil durant la nuit.

Un cerveau endormi ne peut pas enregistrer d’informations. Les zones du cerveau concernées, le cortex préfrontal médian et le carrefour temporo-pariétal, sont réactives aux stimulis extérieurs. Si cette zone cérébrale est développée, le sujet se réveillera fréquemment durant la nuit, permettant à son cerveau d’enregistrer les informations rêvées.

Alors, même si c’est compliqué, si vous tenez vraiment à vous souvenir de vos songes, nous vous conseillons de programmer un réveil entre 3 et 4 heures du matin, durant la phase moyenne de sommeil paradoxal - la période pendant laquelle le sommeil est profond et pendant laquelle on rêve le plus.

 

La volonté : La technique Coué

Cette technique d’auto-suggestion nous vient du docteur Émile Coué, psychologue et pharmacien du XVIIe siècle. En vous couchant ce soir, rappelez-vous que vous voulez vous souvenir de votre rêve demain matin. Répétez dans votre tête qu’à votre réveil, vous voudrez savoir de quoi vous avez rêvé. Au bout de quelques jours, cette volonté sera tellement ancrée dans votre conscience que vous vous réveillerez avec, au minimum, des images et des bribes de votre songe.

 

Se remémorer dès le réveil

Quand vous vous réveillez, vous souvenir de votre rêve doit être votre première préoccupation. Restez dans la position dans laquelle vous vous êtes réveillé et accrochez-vous à votre dernier souvenir. En effet, au réveil, la conscience chasse les souvenirs oniriques pour ne pas qu’ils se confondent avec la réalité. Ainsi, la mémoire directe va s’estomper rapidement. Vous n’aurez donc que quelques minutes (ou secondes) pour consolider les images qui vous restent et essayer de reconstituer vos rêves.

Cela fait, notez les souvenirs que vous avez réussi à raviver sur un papier. Notez même les odeurs, les sons, les couleurs... et gardez vos notes sur vous toute la journée. Il n’est pas rare qu’un élément dans la journée vous rappelle plus en détail votre songe de la nuit. Enfin, vous pouvez procéder par association d’idées et vous demander ce que vous inspirent ces détails afin de reconstituer des images et décoder vos rêves.

 esteejanssens - unsplash

 

De bonnes nuits favorisent la rêverie

Notre meilleur conseil reste quand-même de bien dormir. Offrez-vous une bonne nuit de sommeil d’au moins 8 heures pour multiplier les phases de sommeil songeur. Mieux on dort, plus on rêve. N’hésitez pas à essayer les 13 conseils pour bien dormir ou les 9 techniques pour retrouver Morphée plus vite. Vous pourrez ensuite vous lancer dans l’étude des rêves !

À noter que certains rêves n’arrivent pas à notre partie consciente parce qu’ils font l’objet de souvenirs ou désirs refoulés. Une interprétation freudienne, dans son livre Sur Le Rêve, faisait état du rêve comme “accomplissement du souhait”.

 

 

Si l'interprétation des rêves n’est pas une chose facile, vous avez toutes les cartes en main pour réussir la première étape, s’en souvenir ! Pour connaître la signification de vos songes, il existe un tas de dictionnaires des rêves en ligne ou même en livre.

Bonnes rêveries !