Le somnambulisme touche surtout les enfants

Peu d'adultes sont touchés par le somnambulisme. 1 à 2% à peu près. Chez les adolescents, le chiffre monte à 3%, tandis que pour les enfants les plus jeunes, il se situe entre 15 et 30%.

Somnambule

Souvent sujet à plaisanteries, au centre d'anecdotes plus ou moins spectaculaires (tout le monde connaît un somnambule à qui il est arrivé des aventures assez incroyables), le somnambulisme consiste donc à se lever en pleine nuit, au beau milieu de ce que l'on appelle le sommeil profond, et de déambuler dans la pièce, voire parfois à l'extérieur. Le phénomène dure le plus fréquemment quelques minutes, mais peut se prolonger beaucoup plus longtemps (30 minutes pour certains cas).Somnambules la nuit

Certains somnambules gardent même les yeux ouverts et sont capable de réagir à des ordres (du genre « va te coucher ») et de répondre à des questions dans un langage confus et monosyllabiques. Si l'interrogatoire se prolonge, le dormeur peut alors s'irriter et se sentir confus.

Des croyances liées aux somnambules

Forcément, une telle « étrangeté » a entraîné la naissance de croyances au fil des siècles. Parmi les plus répandues, celle qui consiste à croire qu'il ne faut pas réveiller un dormeur somnambule a fait long feu. Une croyance qui affirme qu'un réveil brutal empêche à l'âme de regagner le corps de son hôte (qui flotte au dessus de lui quand il dort) et provoque alors une folie irréversible. Bien sûr il n'en est rien, mais de tels mythes contribuent bel et bien à conférer au somnambulisme un côté très mystérieux, qui fascine et effraie à la fois. Cela dit, il faut bien prendre garde, quand on souhaite réveiller un somnambule. Si celui-ci est tout simplement debout dans sa chambre, pas de danger, personne ne deviendra fou. Si par contre, la personne est en équilibre sur un toit un soir d'orage particulièrement violent, mieux faut adopter une attitude très calme et appeler les secours (histoire vraie)...

@Gilles Rolland