Le spécialiste en literie mémoire de forme
05 82 95 66 03

Le lit des étudiants sous surveillance à Rennes

 

Le lit des étudiants sous surveillance à Rennes

 

Relayée par plusieurs médias, dont le Nouvel Obs et Ouest France, la nouvelle n'a pas tardé à faire réagir sur les réseaux sociaux et ailleurs. En quoi cela concerne-t-il le sujet qui nous intéresse, à savoir le sommeil ? Tout simplement car on parle ici de lits connectés...

 

Des capteurs sous les lits des étudiants

Le CROUS (Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires) prévoyait en effet de mettre en place des capteurs sous les lits de 10 chambres dans la résidence Maine 1 à Rennes. Une initiative qui visait, selon le CROUS, à « planifier l'entretien préventif et à observer l'usure du lit et non à sanctionner les élèves ». Des étudiants qui auraient donc dû arrêter de sauter à pieds joints sur leur lit ou de prendre celui-ci pour un canapé. Idem si le lit était déplacé pour par exemple être positionné de façon à servir de barre de traction, comme le soulignait également le créateur du système, de la PME vendéenne Espace Loggia.

En soi, ce projet de lit connecté aurait donc eu pour but de seulement surveiller les lits pour pouvoir programmer une intervention dans les temps en cas de casse par exemple, et non de s’immiscer dans l'intimité des étudiants.

 

Une exclusivité qui a fait parler

Il faut aussi souligner qu'il s'agit là d'une première mondiale et que la résidence universitaire du CROUS aurait dû servir de laboratoire au fabricant, qui aurait ensuite pu proposer son invention à d'autres structures. Le CROUS de son côté, y voyait l'occasion de rappeler que le matériel mis à la disposition des élèves se doit d'être respecté pour assurer sa pérennité et ainsi éviter des frais excessifs d’entretien.

Sous le feu des projecteurs en cette fin de semaine, les étudiants rennais n'ont pas manqué de prendre la parole pour exprimer leur mécontentement, même si on en trouve aussi certains qui ne se sont pas indignés outre mesure. Des opposants qui voyaient là une violation de leur intimité et qui n'étaient pas vraiment convaincus par les arguments du CROUS, craignant que les lits connectés n’enregistrent à leur insu d'autres données. Le concepteur/fabriquant, Espace Loggia, n'a pourtant cessé de rassurer les étudiants en affirmant que le but du système n'était pas d'espionner les élèves mais bel et bien de faciliter l’entretien du matériel, précisant que de toute façon, l'installation ne permettait pas, techniquement parlant, de livrer des données sur les habitudes quotidiennes des étudiants.

Résultat des courses, le CROUS n'a pas souhaité prolonger le bras de fer amorcé et a indiqué ce vendredi, que le projet était abandonné. Les équipements déjà mis en place devant être retirés dans les prochains jours...

 

Gilles Rolland

Author:
undefined Hypnia

Voir tous les articles


Commenter l'article

Envoyer le commentaire




* Champs obligatoires

Veuillez patienter...

Le produit {{var product.name}}
a bien été ajouté à votre panier.

Continuer mes achats Voir mon panier