La rentrée est derrière tous les élèves de France (et d'ailleurs) qui doivent désormais à nouveau réviser pour espérer réussir leurs études. Et pour optimiser correctement son temps de révision, il convient de bien se reposer. Travailler fatigué n'étant bien sûr pas aussi efficace. Jusqu'ici, rien de nouveau. Pour autant, une nouvelle étude a souligné l'importance de la sieste dans le processus d'apprentissage.

Dormir pour mieux apprendre

Ce sont des chercheurs du laboratoire d'étude des mécanismes cognitifs de l'université de Lyon 2 qui, en suivant 40 étudiants, ont mis en évidence certains résultats particulièrement intéressants.

40 élèves qui ont été séparés en deux groupes. Le premier a été invité à dormir entre deux sessions de travail et le second a du rester éveillé. On a ensuite soumis aux élèves un travail consistant à traduire plusieurs mots de langue swahili et à les mémoriser.

Si les premiers résultats n'ont pas été particulièrement probants, ils l'ont été beaucoup plus après 12 heures. Les participants à l'expérience qui avaient dormi, soit à l'occasion d'une sieste, soit en laissant passer une nuit entière entre les deux sessions de travail, ont réussi à se souvenir de 10 mots en moyenne, tandis que ceux qui n'avaient pas dormi ne se sont rappelés que de 7,5 mots en moyenne.

À ces résultats s'ajoute la rapidité avec laquelle les « dormeurs » ont accompli leur tache par rapport aux « non dormeurs ».

Des élèves qui ont ensuite été interrogés à nouveau une semaine plus tard, confirmant que le sommeil jouait un rôle non négligeable dans le processus d'apprentissage.

dormir_ecole

Mais au fait pourquoi le sommeil aide à apprendre ?

La docteur Stéphanie Mazza explique que les souvenirs sont transformés pendant le sommeil, ce qui leur permet d'être plus facilement « accessibles » par la suite, pendant la phase de réapprentissage.

La nuit, le cerveau code et fixe les données. Nous fonctionnons ainsi un peu à la manière d'un ordinateur. Il ne sert donc à rien de se priver de sommeil pour bûcher davantage, car cela s'avère particulièrement contre-productif.

Cette étude a en filigrane souligné un problème récurrent chez les étudiants, qui dorment de moins en moins. Tout spécialement au lycée et à la faculté. ¼ des étudiants français dort par exemple moins de 6 heures par nuit et beaucoup souffrent de problèmes de sommeil liés au stress.

 ross_dort_en_lisant

Quelques conseils

Vous l'avez compris, le sommeil est primordial. De manière générale, mais aussi tout spécialement quand on étudie. Il convient donc de s'organiser afin de ne pas se retrouver au pied du mur. Il faut prendre les révisions au fur et à mesure et ne pas accumuler de retard.

On préconise aussi d'espacer les sessions de révision et de réviser par matières. Les chercheurs insistent aussi sur l'importance de travailler le soir, histoire de pouvoir dormir et fixer comme nous l'avons vu le savoir nouvellement acquis.

Cela dit, tous ces résultats et conseils ne s'appliquent bien entendu pas au fait de dormir en cours..

Gilles Rolland