Parler en dormant : une étude révèle les mots les plus souvent prononcés par les dormeurs

 

 

Tout le monde a parlé dans son sommeil à un moment ou à un autre de son existence. Le tout sans forcément s'en souvenir. Mais quels sont les mots les plus fréquemment prononcés et que traduisent-ils ? Un sujet auquel s'est intéressé la Professeure Isabelle Arnulf, la chef de service des pathologies du sommeil à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, en menant une étude inédite. Et c'est le site de la revue Science et Avenir qui rapporte cette semaine dans ces colonnes les étonnants résultats.

 

Le dormeur parle pour dire principalement des jurons...

66,8% des adultes affirment avoir déjà parlé en dormant. Le pourcentage restant étant probablement constitué de personnes qui ne souviennent pas d'avoir déjà parlé dans leur sommeil mais qui l'ont peut-être déjà fait. Quoi qu'il en soit, c'est en étudiant le sommeil de 232 patients (après avoir enregistrées 10 000 personnes et trié les enregistrements les plus « nets ») que la Professeure Arnulf a pu déduire que les rêves conflictuels nous mettaient dans des conditions qui nous encourageaient à parler pendant notre sommeil. Ainsi, beaucoup d'insultes ou de gros mots ont été enregistrés, traduisant un énervement certain de la part des personnes observées.

 

 

 

 

Parler en dormant tout en respectant la langue française

Une autre observation amusante : les dormeurs, lorsqu'ils se lancent dans des échanges et parlent de manière intelligible en dormant, prononcent certes des insultes, mais respectent le temps de réponse de leurs interlocuteurs ainsi que la syntaxe ou la grammaire. Ils peuvent ainsi prononcer à voix haute des phrases entières qui permettent de se rendre compte de la nature de la conversation qu'ils sont en train de tenir dans leur rêve.

À noter que c'est pendant le sommeil lent ou le sommeil paradoxal (celui qui permet de se souvenir des rêves) que le dormeur peut parler.  

 

Gilles ROLLAND.