Manque de sommeil : une nouvelle étude effrayante

 

On le sait, si quelque chose n'est parfois pas facile à trouver, c'est bien le sommeil. Il y a certes des situations dans la vie de tous les jours où nous sommes contraints de rester éveiller et de prendre un retard sur notre sommeil, mais il existe aussi malheureusement des pathologies plus ou moins graves qui provoquent des insomnies et divers troubles qui ne sont pas sans conséquences sur l'organisme.

Ne pas dormir correctement ou pas assez implique une hausse du stress, des difficultés pour se concentrer et même, comme de récentes études l'ont prouvé, une prise de poids. Ce qui peut impacter de manière plus ou moins grave le quotidien. Pour les enfants ou les adultes. Comment étudier correctement quand on ne dort pas convenablement et comment se montrer productif quand la nuit, les yeux restent ouverts et que Morphée se refuse à vous prendre dans ses bras ?

Aujourd'hui, c'est une nouvelle étude qui tire la sonnette d'alarme en affirmant que le manque de sommeil provoquerait un phénomène des plus inquiétants dans le cerveau. Ce dernier en viendrait ainsi... à se manger lui-même. Explications...

Manque de sommeil et cerveau

Publiée dans le Journal of Neuroscience, l'étude en question met en valeur le renouvellement des cellules gliales lorsque nous dormons. Elles protègent le tissu nerveux en éliminant les cellules mortes. Quand le sommeil vient à manquer, le phénomène se produit mais provoque dans le cerveau des dommages irréparables. Les astrocytes (nom des cellules gliales du système nerveux central) en viennent alors à carrément dévorer des parties de synapses. C'est en observant un groupe de souris que les chercheurs en sont arrivés à cette étrange et effrayante conclusion.

Cependant, pas de panique : d'une part, le manque de sommeil est courant et ne met pas à court terme l'intégrité du cerveau en danger. Il est possible d'y remédier et si une telle étude, qui n'a d'ailleurs pas encore été prouvée sur des êtres humains, doit nous alerter sur quelque chose, c'est bien sûr sur l'importance capitale du sommeil et sur la nécessité d'en prendre soin.