Des crises de somnambulisme étranges

Nous avons vu précédemment qu'environ 1 à 2% des adultes sont somnambules. Chez les adolescents, ce chiffre atteint les 3%, tandis que pour les plus jeunes, il se situe entre 15 et 30%. La plupart du temps, le dormeur se réveille, se lève, fait quelques pas et se recouche tranquillement. Parfois, c'est plus complexe. Si le cinéma s'est largement fait le vecteur de crises de somnambulisme dites « comiques » ou plus « dramatiques », notamment dans les films d'horreur, quelques cas authentiques confirment que parfois, les choses peuvent prendre une tournure plus « originale », voire parfois carrément extrême.

Crise de somnambulisme

Des somnambules atteints de sexsomnie

La sexsomnie est un bon exemple. Une « pathologie » qui voit le dormeur se réveiller et agir d'une manière sexuellement explicite, sans pour autant (la plupart du temps) se lever de son couchage. Cela dit, quelques cas vraiment extrêmes ont été rapportés, comme celui de ce jeune homme qui, pendant son sommeil, se livrait à des activités solitaires, dont il subissait les conséquences à son réveil. Désireux de voir cette tendance s'arrêter, il décida de s'attacher les mains et finit par se casser deux doigts... Des personnes prises pour cible par des dormeurs atteints de sexsomnie ont même appelé les forces de l'ordre, considérant les avances appuyées du somnambule comme des agressions. Il faut dire que quelques cas rapportés, dont nous ne dévoilerons rien ici dans un soucis de pudeur, s'avèrent particulièrement salés.

Une somnambule dans la rue

Cependant, la plupart du temps, les activités nocturnes des somnambules sont beaucoup plus classiques. Certains prennent des douches, d'autres se lavent les dents, ou ouvrent la fenêtre... Une façon comme une autre d'animer ses nuits... sans même s'en rendre compte.

 

Gilles Rolland